En savoir plus sur la politique patrimoniale de l’Office

Entre 1980 et le début des années 2000, l'Office public de l'habitat Seine-Saint-Denis, établissement public compétent en matière de logement social, a connu une période de grandes difficultés financières, essentiellement pour deux raisons : 

  • un rythme de construction très volontariste depuis sa création au début des années 1970 jusqu’en 1980 ;
  • la reprise, à la demande du Conseil général de Seine-Saint-Denis, du patrimoine de l’Office interdépartemental de la Région parisienne en 1983, qui souffrait d’un faible niveau de loyers et d’un important retard de travaux d’entretien.

L'Office public de l'habitat Seine-Saint-Denis a surmonté cette situation grâce au soutien du département et à d’importants efforts de rationalisation de sa gestion incluant l’interruption de toutes constructions nouvelles entre 1984 (mise en service de la cité Georges Dimitrov à Bobigny) et 1999 (mise en service la cité Charles Gide à Drancy).  

Fort de ce redressement et notamment en raison de son faible endettement, l’Office a pu répondre positivement aux fortes sollicitations des Villes dans les projets de rénovation urbaine et saisir par la même occasion l’opportunité des financements ANRU*. 

Pour les mêmes raisons, l'Office public de l'habitat Seine-Saint-Denis a pu auparavant, à la demande du Département, reprendre la gestion du patrimoine des 4 000 Ouest à La Courneuve et une bonne partie du parc de logements sociaux de la Sodedat 93. 

Répondre aux besoins d’aujourd’hui et de demain

Aujourd’hui, la stratégie de l’Office est largement déterminée par son engagement dans 15 projets de renouvellement urbain (représentant 145 opérations distinctes) pour une valeur de plus de 553 millions d’euros bénéficiant à plus de la moitié de son patrimoine. 

Cette politique s’inscrit dans le cadre du protocole de consolidation Cglls qui prévoit par ailleurs de maintenir globalement à niveau les budgets de maintenance et de gros entretien sur l’ensemble du patrimoine ainsi que de mener à bien les réhabilitations les plus nécessaires. 

Ce n’est que dans une seconde phase, à l’échéance des opérations de renouvellement urbain, que l'Office public de l'habitat Seine-Saint-Denis pourra poursuivre sa politique de construction neuve. Il souhaite s’inscrire durablement dans une dynamique de développement lui permettant de répondre à la fois aux besoins en logements sociaux du Département de la Seine-Saint-Denis et de garantir ses équilibres patrimoniaux.  

* ANRU : agence nationale pour la rénovation urbaine

La rénovation des ascenseurs

Au 31 décembre 2012, l'Office comptait parmi son patrimoine 359 ascenseurs et avait dépensé 2 422 445 euros pour leur rénovation et leur maintenance (hors contrat d'entretien). Le programme de rénovation de notre parc d'ascenseurs décidé en 2006 court jusqu'en 2018 et est très ambitieux. Il tient compte de l'état d'usure constaté en 2006 et de la surutilisation des équipements. Trois objectifs sont poursuivis : 

  • Mettre en place du matériel plus robuste que les standards proposés par les principaux ascensoristes,
  • Permettre un dépannage plus simple du fait de la disponibilité des pièces détachées,
  • Choisir des technologies "ouvertes" afin que toutes les entreprises de ce secteur d'activité puissent intervenir.

En 2012, parmi les dix programmes de rénovation, le remplacement complet des ascenseurs des cités du Chemin Vert à Bobigny et du Pré Gentil à Rosny-sous-Bois a ainsi été réalisé.