20 décembre 2017

Budget 2018 : Seine-Saint-Denis habitat vote un budget en déséquilibre !

Le budget 2018 a été voté par le Conseil d'Administration lors de sa séance du 19 décembre

  • Lors de sa séance du 19 décembre 2017, le Conseil d’Administration de Seine-Saint-Denis habitat a pris acte du vote probable de l’article 52 du Projet de Loi de Finances qui fera supporter aux organismes Hlm une charge nouvelle de 1,5 milliard d’euros par an pour compenser la baisse de l’APL.

    Dans l’attente des arrêtés prévus, il n’est pas possible de connaître avec précision, pour chaque organisme Hlm, l’impact de cette disposition. Pour Seine-Saint-Denis habitat, elle est néanmoins estimée à 10 millions d’euros par an.

    Aussi, l’Office ayant dû adopter un budget en fort déséquilibre à la date du 19 décembre 2017, le Conseil d’Administration a pris la décision de se réunir au printemps 2018 pour examiner un plan d’économies et de mesures structurelles destinées à permettre un retour à l’équilibre de son budget.

    Dans cette perspective, l’Office étudiera toutes les pistes possibles : économies de gestion, annulations ou reports de programmes de gros entretien et d’investissements, évolution des modalités de récupération des charges.

    L’article 52 du Projet de Loi de Finances imposant aux organismes Hlm de vendre aux locataires certaines parties de leur patrimoine, et bien que cette mesure soit d’application fort difficile sur le territoire de la Seine-Saint-Denis, Seine-Saint-Denis habitat examinera toutes les possibilités de ventes.

    Alors que Seine-Saint-Denis habitat était engagé aux côtés de nombreux Maires du Département dans d’ambitieux projets de renouvellement urbain pour un total de 500 millions d’euros d’investissements, la Loi de Finances le prive de fait des fonds propres indispensables pour les réaliser. L’Office sera  donc contraint, après des échanges approfondis avec les Maires concernés, de réexaminer et de réduire significativement l’ensemble de ses engagements.

    Pour préserver au maximum ces projets, l’Office poursuit les études et demandera à la Caisse de Garantie du Logement Locatif social et à l’ANRU de décider d’aides exceptionnelles notamment dans les quartiers les plus prioritaires de la politique de la ville.
     

    L’Office continuera à agir pour convaincre les pouvoirs publics que le nouveau modèle économique, induit par l’article 52 de la Loi de Finances, aura des conséquences très négatives pour le logement social, pour la construction et pour la rénovation urbaine et qu’il doit être revu le plus vite possible. Il continuera néanmoins à se mobiliser au service des locataires et du Département de la Seine-Saint-Denis.

                                                                                       Stéphane Troussel, président de Seine-Saint-Denis habitat